Sans fil mais pas sans danger

Les technologies sans fil se sont répandues rapidement et continuent de se développer principalement par le confort d’utilisation qu’elles apportent. Un confort très relatif car dans bien des cas l’on s’accommodait sans gène d’une liaison filaire. Mais voilà, les fabricants recherchent en permanence à booster leurs ventes, à se démarquer de leurs concurrents et cherchent à susciter de nouveaux besoins chez l’acheteur, trop souvent en faisant fi des conséquences environnementales et des impacts sur la santé.

Dans cette course folle, quelles sont les technologies sans fil et les objets qui les utilisent ?

Les technologies et objets de télécommunication

  • GSM et DCS: téléphonie mobile classique.
  • UMTS, 3G, 4G: téléphonie mobile avec accès multimédias.
  • WIFI(Wireless Fidelity) : sert à diffuser en sans fil le signal reçu par une borne principale à d’autres terminaux (pc, décodeur, smartphone, tablette, …). Très souvent utilisée pour l’accès à Internet sans fil. Plus on est près de la borne, plus le signal est fort.  Internet, jeux et télécommunications sans fil – faible portée. De nombreux jeux et consoles la technologie WIFI.
  • WIMAX: équivalent au WIFI mais rayonnant sur environ 50 km de rayon.
    Le WIFI et le WIMAX ne permettent pas le très haut débit et ne permettent pas d’échanges de données sécurisés.
  • DECT: téléphone fixe sans fil.
  • BLUETOOTH: système de communications sans fil entre matériels électroniques.
    Présente les mêmes inconvénients que le WIFI.

Nombre d’objets du quotidien utilisent les technologies sans fils

  • Puces électroniques : RFID
  • Les compteurs relevés à distance, aussi appelés « intelligents » utilisent des ondes radio GSM ou des courants porteurs (CPL).
  • Babyphones et écoutes bébés
  • Thermostats de chauffage sans fil
  • Alarmes sans fil
  • De plus en plus d’objets connectés utilisent les technologies sans fil : montres, appareils ménagers, jouets,…

Le but des technologies sans fil est de transporter de l’information entre des appareils électroniques sans que ceux-ci soient reliés par des conducteurs électriques. C’est donc l’air qui sert de support en y émettant des ondes électromagnétiques de fréquence élevée, accompagnées d’un champ électrique et d’un champ magnétique que l’on nomme champ électromagnétique.
Les organismes vivants sont sensibles à ces champs électromagnétiques, c’est bien sûr le cas du corps humain dont les différentes parties absorbent l’énergie des ondes. En particulier, les systèmes enzymatiques qui régissent notre corps sont sensibles aux ondes électromagnétiques, de même que les nombreux cristaux de magnétite (aimants naturels) que notre organisme renferme.

Nous abordons ici des technologies utilisant des hautes fréquences, en particulier de la téléphonie mobile et du WIFI qui émettent des micro-ondes .  Les 3 bandes de fréquences utilisées pour la téléphonie mobile GSM, DCS et UMTS sont respectivement : 900 MHz – 1800 MHz – 2100 MHz. Notons cependant que les basses fréquences comme le courant électrique 50 hertz de nos prises électriques domestiques émettent aussi des champs électromagnétiques qui sont loin d’être inoffensifs. Les ondes des émetteurs radio et tv aussi influent sur la santé des riverains ce ces installations.  Les ordinateurs et les écrans sont eux aussi des sources d’ondes nocives à la santé.

 Micro-ondes et santé
Les micro-ondes ont des effets thermiques. Elles chauffent les tissus qui y sont exposés. A cause de cet effet d’échauffement, on conseille de ne pas téléphoner trop longtemps avec son téléphone mobile. Le DAS permet de calculer l’échauffement théorique qu’aura un corps suite à son exposition à des micro-ondes.

Les micro-ondes produisent des effets thermiques différents des effets thermiques d’autres sources de chaleur. Elles peuvent aussi peuvent induire la formation de radicaux libres, véritables poisons de la cellule. Les effets thermiques sont les seuls pris en compte par la législation européenne et, entre autres, française, mais ce ne sont pas les seuls effets.

Les micro-ondes provoquent des effets « non thermiques » et cela à des doses de puissance faibles, voire même très faibles. Concrètement cela peut se traduire par de la fatigue, des céphalées, de l’insomnie, de l’impuissance, des palpitations, des troubles de la tension artérielle et des symptômes cutanés. Les effets diffèrent selon les personnes et peuvent n’apparaitre qu’au bout d’un certain temps qui peut aller jusqu’à plusieurs années. Il est donc difficile de faire un diagnostic.

De par le monde, de nombreux médecins constatent maintenant depuis pas mal d’années une augmentation inquiétante de certaines pathologies dont ils suspectent les micro-ondes d’en être la cause. Ils ont donc émis des recommandations depuis les années 2000 afin que les normes internationales soient revues à la baisse. Nous ne prendrons pour seul exemple que l’appel Freiburg d’octobre 2002. Les médecins y dirent ceci :

Nous observons ces dernières années chez nos patients une augmentation dramatique de maladies graves et chroniques, en particulier :

  • des troubles de l’apprentissage, de la concentration et du comportement chez des enfants (comme par exemple le syndrome d’hyperactivité),
  • des troubles de la tension artérielle qui sont de plus en plus difficiles à contrôler par des médicaments,
  • des troubles du rythme cardiaque,
  • des infarctus du cœur et des accidents vasculaires cérébraux chez des personnes de plus en plus jeunes,
  • des dégénérescences du cerveau (comme par exemple la maladie d’Alzheimer) et des crises d’épilepsie,
  • des maladies cancéreuses comme des leucémies et des tumeurs cérébrales.

Nous constatons en outre un nombre en croissance exponentielle de différents troubles souvent interprétés à tort comme psychosomatiques, tels :

  • maux de tête et migraines,
  • fatigue chronique,
  • inquiétude intérieure,
  • insomnie et fatigue pendant la journée,
  • acouphènes (bruit dans les oreilles),
  • prédisposition aux infections,
  • douleurs nerveuses et douleurs dans les parties molles, que l’on ne peut expliquer par des causes connues actuellement.

Ces symptômes mentionnés ne sont que les plus frappants.
Nous connaissons l’environnement dans lequel vivent nos patients et leurs habitudes de vie. Après un interrogatoire précis, nous apercevons le plus souvent une relation évidente dans le temps et l’espace entre l’apparition de ces maladies et le début de l’exposition des patients à des ondes. Cette exposition est due par exemple à :

  • l’installation d’une antenne relais de téléphonie mobile dans les environs du domicile du patient,
  • l’utilisation intensive d’un téléphone portable,
  • l’utilisation d’un téléphone sans fil de type DECT dans la maison du patient ou dans le voisinage.

Nous ne pouvons plus accepter l’hypothèse d’une coïncidence ou de l’effet du hasard.

Les lois et règlements nous protègent-ils ?
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a émis des recommandations qui ont été reprises au niveau européen (Recommandation du 12 juillet 1999) et français (Décret N° 2002-775 du 3 mai 2002) :

  • 29,1 V/m pour 450 MHz
  • 41,2 V/m pour 900 MHz
  • 58,2 V/m pour 1800 MHz
  • 61 V/m pour 2 à 300 GHz

Ces recommandations sont extrêmement éloignées et moins contraignantes que ce que préconisent les médecins et scientifiques de la Résolution de Salzburg recommandent, pour les micro-ondes pulsées, une norme d’exposition de maximum 0,614 Volt/m. L’Autriche a adopté cette valeur en 2002.
Parmi les scientifiques, certains considèrent cependant que cette valeur est  insuffisante et préconisent une norme 10 fois plus faible, soit 0,194 Volt/m, norme fixée par le Land de SALZBURG.

L’écart entre les valeurs limites des citoyens les mieux protégés et celle de ceux qui ne sont finalement pas protégés du tout (nous, français en sommes !) est ainsi de plus de 300 fois !

Au regard des risques encourus, malheureusement vécus de manière bien concrète et dramatique par de plus en plus de personnes, nous demandons une révision urgente de la loi française pour fixer l’exposition maximale aux champs électromagnétiques à 0,194 Volt/m.

Pour plus d’information sur les ondes et la santé, nous vous conseillons de lire l’ouvrage du Docteur Pilette «Antennes de téléphonie mobile, technologies sans fil et santé » accessible gratuitement : http://www.alis-france.com/download/DocumentGSM170307.pdf

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s